Découverte de nouveaux aliments

Je publie ce poste après plus de 4 mois…On s’était promis avec Julie de poster au moins toutes les 2 semaines mais nos emplois du temps respectifs ne nous l’ont pas permis. De mon côté, il y a eu pas mal de changements: première grossesse (et plus que 2 petites semaines à patienter), nouveau poste, travaux dans la maison…Bref je n’ai pas chômé et j’avoue même que cela entraîne un certain chamboulement moral et c’est là qu’on découvre la nécessité de P R I O R I S E R !!!

Mais là n’est pas le sujet du post de ce jour (j’en ferai peut-être un plus tard sur le Time Management :). Je voulais vous partager la découverte et mon expérience sur 2 produits: le pain au blé germé et le lait frais.

Concernant le premier produit, cela faisait un petit moment qu’il m’intriguait. J’avais lu ses bienfaits dans le livre “4 groupes sanguins, 4 régimes” du Dr Peter J.d’Adamao. Il est particulièrement recommandé pour ceux appartenant au groupe A connu comme le cultivateur ou le premier végétarien.

C’est au départ un pain tout à fait normal à base de céréales (blé, seigle, épeautre…) mais au lieu que ces céréales soient réduites en farine, elles sont germées, broyées puis la pâte obtenue est cuite au four à 80°C. Cette cuisson à très basse température rend le pain très moelleux et ressemble plutôt à un gâteau.

Ces qualités nutritionnelles sont importantes puisqu’un maximum de vitamines sont conservées et la germination donne un produit très digeste et énergisant. Je vous renvoie si cela vous intéresse au site de Mély, naturopathe qui en détaille les bienfaits.

J’ai testé la version au blé de Gaia que vous pouvez vous procurer dans tout magasin bio. Il est vendu sous vide et a une date d’expiration de 3 semaines mais après ouverture, il faut le conserver au frigo et le consommer sous une semaine.

J’ai été un peu surprise par l’odeur de levure et la texture du pain qui ne se tranche pas bien et s’effrite très rapidement. Du coup il est difficile d’en faire des tartines. Je l’ai mieux apprécié légèrement toasté mais dans l’ensemble je n’ai pas été convaincue. Peut-être devrais-je tester d’autres versions pour me faire une idée.

Je poursuis avec la découverte du lait frais. J’en avais vu dans mon magasin bio mais comme depuis quelques années je digérais mal le lait de vache, je ne me suis pas attardée. Je suis passée au lait végétal (riz, avoine et amande) bien que je continuais à manger yaourts et fromages au lait de vache, de chèvre ou de brebis.

Mais depuis ma grossesse, il m’a été conseillé de reprendre une consommation de produits laitiers afin de faire les réserves en calcium nécessaires au développement osseux du bébé. J’ai aussi voulu le tester car ma maman m’a un jour évoqué le goût totalement différent du lait frais de vache qu’elle buvait enfant. Elle m’avait aussi mentionné les délicieux toffees qu’ils en faisaient.

J’ai donc récemment acheté une bouteille de lait demi-écrémé qui provient d’une ferme bio de la région. Déjà d’apparence, il y a une différence flagrante: le lait est jaunâtre par rapport au lait blanc en brique. En l’ouvrant, on voit la crème au dessus d’où la nécessité de bien secouer la bouteille avant utilisation. L’odeur est également différente, plus fruitée je dirais et la consistance du lait plus épaisse.

Côté goût, il n’y a pas photo! et voilà que je découvre à 35 ans le vrai goût du lait 🙂 un réel bonheur! je l’ai consommé avec mon granola, en porridge, en boisson chaude le soir avec du miel ou dans un thé pour le goûter. Et je l’ai trouvé bien plus digeste que le lait en brique.

Je ne peux que vous recommander d’y goûter d’autant que les nutriments sont présents en plus grande quantité que le lait industriel: calcium, phosphore, zinc, oméga 3 et 6. De mon côté, je pense continuer à en consommer tout en alternant avec les laits végétaux.

IMG_4585[1]

 

Petit aperçu de la Normandie

Il y a quelques semaines, nous avons passé un weekend chez des amis en Normandie et se fut l’occasion de découvrir une petite partie de cette région.

Nous étions à Carentan dans la Manche, situé au Nord-Est du département. La Manche est principalement connu pour le Mont St Michel situé plus au sud et malheureusement célèbre aussi pour avoir été le théâtre de nombreux combats entre allemands et alliés pendant la 2ème guerre mondiale.

carentan-8

La proximité des plages du Débarquement nous a donné l’occasion de visiter ces lieux hauts en émotion notamment au Cimetière américain de Colleville-sur-Mer en face d’Omaha Beach. Un cimetière impeccablement entretenu au sein d’un immense parc boisé.

img_3171

Mais la Normandie est aussi connue pour sa gastronomie: les nombreux plats à base de crème fraîche ne se compte plus, le beurre (et de préférence demi-sel!), les pommes mises en valeur dans la fameuse tarte normande ou transformées en cidre et en Calvados (avis aux amateurs d’alcools forts!).

Durant ce weekend, nous avons eu l’occasion de visiter le village de St-Vaast-La-Hougue au nord-ouest de Carentan avec son petit port de pêche et son marché le dimanche matin. On en a profité pour acheter des fruits de mer à la criée avec des prix défiants toute concurrence: Coquilles St Jacques à 4.90 € le kilo! La saison de la St Jacques démarre en octobre et on a eu le privilège de les avoir en avant-première. Quand au marché, il est très achalandé, on y retrouve de beaux légumes et fruits à des prix raisonnables mais aussi pain et pâtisseries,  spécialités normandes et artisanat local (vaisselle en céramique, paniers). Une halte shopping est à faire à la Maison Gosselin sur le port où on peut retrouver des produits locaux et une épicerie fine. La soupe de poissons au safran est apparemment à tester ainsi que les rillettes de poisson déclinées sous différentes recettes.

saint-vaast-la-hougue-j

De retour chez mes amis, nous avons cuisiné les St Jacques en brochettes accompagnées de tagliatelles à la crème et au curry (petit clin d’œil à notre île). Il est important de poêler légèrement les St Jacques (2-3 minutes de chaque côté). Si vous avez des St Jacques surgelées, mon amie Joan recommande de les décongeler dans du lait afin de leur rendre leur moelleux; elles seront comme fraîches!

J’espère que cette petite halte normande vous aura donné envie de découvrir cette belle région! ah j’oubliais… surtout profitez-en aussi pour vous faire un bon plateau de fruits de mer! 🙂

Le challenge Pinterest: 1er bilan

Cela fait un peu plus d’une semaine que le 30-day pinterest challenge a commencé et je voulais en faire un petit retour.

Julie a trouvé là un bon moyen pour me faire tester les nombreuses recettes “pinned” car j’avais tendance à les mettre de côté, attendant une occasion pour les réaliser! Bref il n’y a jamais de meilleure occasion que le quotidien: se faire plaisir chaque jour en testant de nouvelles recettes, voire de nouveaux produits!

Vous direz qu’il est difficile d’avoir le temps de cuisiner en semaine, avec le boulot, les enfants pour certaines, les tâches ménagères, les loisirs…Mais cuisiner est pour moi un moment de détente et ce challenge me permet de varier les repas tout en utilisant les ingrédients que j’ai déjà à la maison pour réaliser des plats rapides, simples mais goûtés.

Alors vous aussi n’attendez pas la bonne occasion pour vous mettre aux fourneaux! 

Suivez-nous sur notre compte Instagram pour connaître les derniers pins testés.

30-day Pinterest cook-up

I am actually very excccited about this idea! I haven’t talked to Pascale about it but I do hope she likes it! Since she’s quite the pinner…. I am challenging her to do cook-ups of recipes she’s pinned. And I would do the same. 15 days for her and 15 days for me. So a whole month of cook-ups. It could be anything really: a simple soup, eggs on toast, salads etc. It doesn’t even have to be big portions or anything. Just cook for one.

So “sista”… how does it sound? Ready or not? (here I come, you can’t hide…) OK, I’ll stop here. Or Pascale, maybe you can “sing” lol! 🙂

 

3 October 2016 (Edit) – So Pascale accepted my challenge and the first post went on Instagram yesterday! Check out twosistersacrossborders on Instagram to follow our 31-day journey of cooking and eating of course!

Travelling with kids

travelling-with-kids-color

This year I was lucky enough to have some time off work (six months of maternity leave) so we decided we’d take a longer trip along with my husband’s work commitments in Bodrum, Turkey. While I was excited at the idea of finally being able to travel and avoid Dubai’s excruciating heat…. My inner self started panicking at the idea of travelling with a two year old and a two month old… to top things off, we had my parents plus my mother in law! YAY

A four-hour and a half flight to Istanbul, two hours transit, one and a half hour flight to Bodrum, and finally a road trip of roughly one hour. Pheew!

We missed our connection to Bodrum, followed by our next flight being delayed by one hour. That mixed with a tired toddler and baby, plus no English speakers in Turkey. I’ll stop here.

So, here are a few survival tips for travelling parents:

  1. Make a list of everything you need to bring. Yes, I packed half of the house but at least i did not spend half my time rushing to the shop to buy missing items!
  2. Stating the obvious, but make sure you’re all packed two days before departure date – you will still be adding stuff up to the very last minute
  3. Mummy, pack yourself a lunch and eat at takeoff– by the time lunch is served on the plane you will have no hands to swallow any of it
  4. Pack a snack bag (not just for the kids but for your own sake) – I made brownies and mango roll-ups. Keeps kids busy and keeps mummy’s energy levels up!
  5. Pack a few toys, some new and some old. My kiddo does not like headphones. Puzzles, Cards, small cars are a good idea. Forget the PlayDoh.
  6. Make sure your carry-on has two changes of clothes and jumpers. It’s always freezing cold in the plane and you’d avoid drama after his drink spills because of a two-second turbulence
  7. Always, always have some food the children can munch on while they wait – there is nothing worse than a hungry child and unavailability of food he’s not accustomed to!
  8. Do not party or drink alcohol the day before

Devenir végétarienne?

Une question un peu existentielle mais importante à mes yeux tant l’alimentation actuelle est bouleversée par la surproduction et l’agriculture intensive…Mais là ne sera pas le sujet de ce post.

Julie, ma sœur avec qui je partage ce blog, a fait le choix du végétarisme il y a quelques années déjà. Ayant vécue auprès d’elle pendant un peu moins de deux ans à Dubaï, j’ai pu me familiariser avec sa cuisine et les bienfaits qu’elle en a tirait en devenant végétarienne: des repas plus équilibrés et variés avec le remplacement des protéines animales par des végétales tout aussi nutritives pour notre organisme.

Elle a réussi à créer une cuisine végétarienne goûtée et colorée qui a même laissé mon papa pantois, lui qui est un inconditionnel d’un bon morceau de viande! Je me souviens d’un repas en famille où elle avait fait des spaghetti Bolognaise. Mon père tout heureux d’avoir sa dose de viande s’est régalé de ce plat. Une fois terminée, on lui a appris qu’il s’agissait de soja… Il a fait la moue quelques secondes mais s’est dit impressionné de ne pas voir la différence avec de la viande animale.

Je me posais alors la question de si cette nouvelle alimentation me conviendrait? J’apprécie la viande de manière générale bien que je n’en mange pas tous les jours. Mais de là à devenir totalement végétarienne, je n’en étais pas sûre. Je me suis donc lancée pour défi de réduire la viande au minimum, soit une à deux fois par semaine et de me procurer mes protéines ailleurs: œufs à raison de 2 fois par semaine, légumineuses telles que pois chiches, haricots blancs, lentilles vertes ou corail une fois par jour en remplacement du riz ou des pâtes, soja sous la forme de yaourts ou de tofu ainsi que l’avoine, céréales riche en protéine, que je consomme au petit-déjeuner en porridge ou sous forme de granola.

Julie a développé plusieurs manières d’accommoder ces protéines végétales et elle présentera quelques unes de ces recettes au fil de ce blog.

Quant à moi, bien que n’étant pas encore totalement végétarienne, je prends conscience chaque jour (et mon corps me le dit!) que nous devons tendre vers ce type d’alimentation aussi bien pour notre bien-être personnel mais également pour le devenir de notre monde. Il est primordial de se nourrir plus simplement et sainement tant notre environnement est perturbé par une multitude de problèmes, pour certains néfastes.

Ce thème sera abordé sous différents angles tout au long de notre blog. N’hésitez pas à partager vos expériences pour ceux et celles qui ont fait la transition vers cette alimentation.

Pascale